Utiliser un compte Google avec double authenfication dans Pidgin

Si vous activez la double authentification sur votre compte Google, vous ne pourrez plus vous connecter à Pidgin en utilisant votre login et mot de passe (ceci s’applique à toutes les applications qui demande le login et le mot de passe et qui ne permettent pas de saisir le code de sécurité).
Pour palier à ce problème, il faut créer un mot de passe spécifique pour une application sur ce compte. Voici la procédure:

  • Rendez vous sur : https://security.google.com/settings/security/permissions#accesscodes.
  • Cliquez sur « Gérez les mots de passe d’application » .
  • Dans le champs « Sélectionnez une application » , choisissez « Autres » et saisissez un nom pour ce mot de passe.
  • Une popin apparaît, vous indiquant un mot de passe pour cette application. Notez le bien car c’est la seule fois qu’il vous sera donné en clair (si vous le perdez vous pourrez en générer un nouveau cela dit).
  • Vous devrez maintenant utiliser ce mot de passe à la place de celui de votre compte Google pour vous connecter sur Pidgin (ou autre application).
  • Notez qu’il est intéressant de générer un mot de passe pour chaque application que vous utilisez, cela permet de révoquer l’accès à une application sans impacter les autres.

Utiliser un compte Google Apps dans Pidgin

Les explications présentes dans la documentation de Google n’étant pas complète à ce propos, voici comment configurer Pidgin afin d’utiliser un compte Google Apps:

  • Sélectionnez Gérer les comptes dans le menu Comptes.
  • Cliquez sur Ajouter.
  • Dans la fenêtre de configuration, entrez les informations suivantes:
    • Onglet Essentiel:
      • Protocole: XMPP
      • Utilisateur: La partie qui précède le @ de l’adresse du compte
      • Domaine: La partie qui suit le @ de l’adresse du compte
      • Mot de passe: Votre mot de passe
    • Onglet Avancé:
      • Sécurité de la notification: Utiliser le SSL ancien style
      • Port de connexion: 5223
      • Serveur de connexion: talk.google.com
  • Cliquez sur Ajouter et la connexion devrait se faire automatiquement.

Une fonction PHP pour récupérer facilement toutes les dates comprises entre deux dates

Voici une fonction PHP très utile qui permet de récupérer toutes les dates comprises entre deux dates.

function getDatesBetweenDates($datefrom, $dateto) {
    $dStart = new Datetime($datefrom);
    $dEnd = new Datetime($dateto);
    $final = array();
    while ($dStart->getTimestamp() <= $dEnd->getTimestamp()) {
        $d1 = $dStart->format('Y-m-d');
        $d2 = $dStart->add(new DateInterval('P1D'))->format('Y-m-d');
        $final[] = $d1;
    }
    return $final;
}

Pensez à adapter le format de la date en sortie tel que vous le souhaitez.

Terminator: Utiliser ctrl dans les raccourcis clavier

Si vous utilisez l’excellent émulateur de terminal Terminator sous Ubuntu, vous avez peut être remarqué que lorsque vous créez un raccourci clavier qui contient la touche ctrl, celui-ci ne fonctionne pas. Il existe une solution pour combler ce problème qui est la suivante:

  • Configurez vos raccourcis clavier en utilisant la touche ctrl comme si il n’y avait pas de bug.
  • Editez ce fichier ~/.config/terminator/config
  • Vous pourrez voir, entre autres, dans ce fichier, les raccourcis clavier que vous venez de configurer. Mais à la place de Ctrl, vous verrez des Primary. Vous devez donc remplacer tous les Primary Par des Ctrl. Si vous utilisez vi voici une commande pour tous les remplacer en quelques secondes:
    :%s/Primary/Ctrl/g

Attention: Vous devrez refaire cette manipulation à chaque fois que vous modifirez vos raccourcis clavier.

Activer sudo sur Debian

Contrairement à Ubuntu, Debian n’est pas nativement configuré pour utiliser sudo. Voici comment faire pour y remédier:

  • Connectez vous sur votre serveur avec un compte utilisateur qui a les accès root.
  • Installez le paquet sudo via apt:
    apt-get install sudo
  • Editez le fichier /etc/sudoers comme ceci (remplacer NOMDUTILISATEUR par votre utilisateur sur ce serveur. Dupliquez la ligne si il y a plusieurs utilisateurs):
    # /etc/sudoers
    #
    # This file MUST be edited with the 'visudo' command as root.
    #
    # See the man page for details on how to write a sudoers file.
    #
    
    Defaults        env_reset
    
    # Host alias specification
    
    # User alias specification
    
    # Cmnd alias specification
    
    # User privilege specification
    root    ALL=(ALL) ALL
    
    NOMDUTILISATEUR ALL=(ALL) NOWPASSWD:ALL
    
    # Allow members of group sudo to execute any command
    # (Note that later entries override this, so you might need to move
    # it further down)
    %sudo ALL=(root) ALL
    # 
    #includedir /etc/sudoers.d
  •  Il faut maintenant ajouter les utilisateurs qui auront le droit d’utiliser la commande su do au groupe éponyme:
    adduser utilisateur sudo
  •  Redémarrez le service sudo:
    /etc/init.d/sudo restart

    Vous pouvez désormais utiliser la commande sudo pour exécuter vos commande en tant qu’administrateur sans passer par l’utilisateur root.

Changer le hostname d’un serveur

Voici la manipulation à faire pour changer le hostname d’un serveur.

Connectez vous sur ce serveur avec un utilisateur qui a les accès root.

Editez le fichier /etc/hostname . Ce fichier n’est composé que d’une ligne qui est le nom du serveur. Supprimez donc cette ligne et remplacez là par le nom que vous souhaitez donner à votre serveur.

Afin de prendre en compte les modifications, vous devrez redémarrer le service hostname.

/etc/init.d/hostname.sh

Afin de tester si tout s’est bien passé, vous pouvez utiliser la commande suivante:

hostname

Elle devrait retourner le hostname que vous venez de définir.

Il se peut qu’un message d’erreur à propos de l’ancien hostname s’affiche dans le shell lors du redémarrage du service hostname. Afin de résoudre ce problème, éditez le fichier /etc/hosts. Recherchez l’ancien hostname et remplacez le par le nouveau. Ce problème sera immédiatement résolu.

 

Vim: commandes de bases

Vimlogo

On ne présente plus l’éditeur de texte VIM.

Voici quelques commandes à ajouter dans le fichier ~/.vimrc afin d’en tirer une meilleure utilisation.

 Modification du nombre de colonne d’une indentation:

set tabstop=4

 Conversion des tabulations en espaces

set expandtab

 Indentation automatique

set autoindent

 Ignorer la casse lors des recherches

set ignorecase

 Affichage du curseur

set ruler

 Activation du support de la souris

set mouse=a

 Activation d’un thème de coloration syntaxique

colorscheme nom_du_theme

 Affichage de la nomérotation des lignes

set number